Directeur de l'intelligence économique
Publicité
Publicité

Directeur de l’intelligence économique

Beauté Visage

Une fonction stratégique : acquérir l'information pertinente des concurrents, protéger celle de l'entreprise et la propager quand elle la favorise

Intelligence économique et business

Entre théorie pure et recettes sécuritaires, géoéconomie et pratiques quotidiennes,  méchants espions et gentils managers, offensif et défensif, mondial et local, cognition et persuasion,  knowledge managment, benchmarking, Signal Intelligence… difficile de s’y retrouver. Le métier de l’IE est  devenu nécessaire avec la mondialisation et la concurrence internationale. L’entreprise pour vivre et survivre a besoin en permanence d’informations au niveau de sa stratégie et de sa prise de décision. La guerre économique exige l’intelligence économique, et l’intelligence économique exige des hommes compétents pour protéger les informations et les capter. Aujourd’hui l’entreprise doit en permanence anticiper les évolutions. L’information traitée lui permet de préserver son potentiel de développement, et de mener des actions, accroître ses parts de marchés, mener des stratégies d’influence, contrecarrer les éventuelles actions de déstabilisation… L’intelligence économique prend de multiples formes : surveillance des concurrents, des clients, de la réglementation, des projets  des gouvernements nationaux ou de la Communauté Européenne, la veille des brevets, nouvelles technologies, nouveaux entrants…Elle précède le lancement de nouveaux produits, la recherche de nouveaux débouchés, les projets de diversification, mais aussi les  fusions-acquisitions,  les attaques médiatiques… voire la recherche d’emploi.

Intelligence économique : un vrai savoir sous des formes variées

L’infostratégie étudie les conflits liés aux systèmes de transmission et communication; l’intelligence collective se confond quasiment avec la dimension culturelle de la condition humaine grâce aux TIC; l’intelligence compétitive utilise des techniques de gestion des sources d’information pour s’assurer un avantage par rapport à la concurrence. Elle garantit  la maîtrise du patrimoine scientifique et technologique, la détection des menaces et des opportunités, l’élaboration de stratégies d’influence au service de l’intérêt de l’entreprise. Elle recouvre les méthodes destinées à mieux connaître les dangers et les opportunités et découvre  les projets et les ressources des concurrents. Elle dépasse la simple veille chère au « renseignement »  pour utiliser les informations comme facteurs de décision et  d’influence et changer un rapport de force.

Directeur de l’intelligence économique : l’homme qui sait et sent  tout

Il s’agit d’un poste corporate de nature transverse qui exige des connaissances et qualités à géométrie variable. Le Directeur de l’intelligence économique d’une entreprise est en relation avec les responsables des différentes entités de l’entreprise : opérationnelles ou fonctionnelles, branches, business Unit. Responsable de la maîtrise et de la protection de l’information stratégique il est rattaché à la tête de l’entreprise, participe au comité stratégique et doit savoir tout ce qui se passe dans l’entreprise. Il décline les orientations stratégiques et les objectifs opérationnels et définit les actes de surveillance, les enjeux, les actions et les moyens.  Sa mission est de protéger l’information, de gérer les crises, de mener des opérations d’influence et lobbying en relation avec les acteurs concernés.  Il sensibilise  en I.E  les managers, entretient des réseaux utiles à l’entreprise, fait respecter l’éthique et la déontologie, s’enquiert des aspects juridiques de l’intelligence économique et fait respecter la charte interne. Son métier exige une capacité à porter des projets, le savoir faire du lobbying, le pilotage d’influence et de contre-influence. Visionnaire à l’écoute de ses réseaux internes il jouit de force de caractère et de diplomatie.  Il doit concilier les objectifs de son entreprises avec les  incertitudes du marché et des concurrents et les autorités nationales et inertnationales.  Il lui faut  de l’esprit de finesse, la capacité de «sentir » les courants porteurs de l’époque, le mode de fonctionnement de gens parfois très différents imprégnés de cultures opposées, bien comprendre le discours du manager. De l’empathie et de la distance,  il lève le  nez de son PC pour regarder le monde.
Lire aussi Les règles d’or de la définition de fonction   PORTAIL DE L’INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Pour recevoir gratuitement un digest des articles chaque semaine je m’inscris à la Newsletter Cadre et Dirigeant Magazine

Reid Nalliat

Reid Nalliat

Signaler ce contenu comme inapproprié

6 réactions

  1. Eric Lamirande

    Eric Lamirande

    14 novembre 2013 à 14 h 12 min

    En complément et dans une perspective plus technique, je vous recommande cet article: Pas de veille efficace sans stratégie claire http://www.lesaffaires.com/dossier/intelligence-d-affaires/pas-de-veille-efficace-sans-strategie-claire/562354

  2. Olivier CHAILLOT

    20 février 2013 à 21 h 51 min

    Mettre un des plus vieux métiers du monde dans la lumière … bonne idée ! Le principe est simple depuis des siècles : les entrepreneurs/décideurs/politiques/hommes et femmes de pouvoir … ont besoin de comprendre pour agir … alors ils utilisent les services d’hommes et de femmes capable de leur donner un coup d’avance … le reste, c’est de la littérature :):)Cordialement Olivier CHAILLOT http://www.dubitare.fr

  3. Raymond Vaillancourt

    7 février 2013 à 13 h 08 min

    Puis-je vous suggérer une lecture sur le sujet: « L’entreprise intelligente:savoir tirer profit de l’incertitude » aux Éditions Dangles. Ce petit livre a été finaliste au prix 2012 de l’Académie de l’intelligence économique…Bonne lecture.

  4. servin

    7 février 2013 à 9 h 23 min

    Bien sur que si l’IE s’ apprend sur les bancs de l’ecole, comme le renseignement et le pilotage… Que ce soit en formation initiale ou continue peu importe. ce qui compte c’est d’acquerir methoes et techniques. a defaut je ne vois pas comment vous pourriez qualifier l’IE de vrai metier… Quant l’article lui-meme, c’est beau comme un film de superman…

  5. Aurelie91

    7 février 2013 à 0 h 39 min

    L’Intelligence Economique est une matière très intéressante à étudier. J’en fais un peu cette année. Mais, il est certain que cela se vit et qu’un enseignement à froid serait insuffisant. Son application professionnelle nécessite un certain vécu, pour anticiper le jeu de l’adversaire. D’ailleurs beaucoup d’anciens militaires se reconvertissent en Intelligence Economique.

  6. Christian Rey-Renaux

    6 février 2013 à 16 h 27 min

    C’est un vrai métier et une nécessité absolue aujourd’hui si les entreprises, quelle qu’en soit la taille, veulent pouvoir définir une approche stratégique et se doter des moyens d’y parvenir. Cette fonction de responsable de l’intelligence économique ne s’apprend pas sur les bancs de l’école, même si certaines commencent à inscrire ce thème dans des programmes de M2, mais se trouve assez majoritairement capitalisée chez un sénior. je rajouterai dans les talents mis en oeuvre au service de cette fonction, une importante capacité de synthèse et de tri face à toutes les informations qu’il faut traiter et utiliser.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>