Le marché du travail a-t-il un sexe ?
Publicité
Publicité

Le marché du travail a-t-il un sexe ?

Young businesswoman against office windows.

Avec une politique familiale qui a privilégié les mères actives, la position professionnelle des femmes françaises fait figure d’exception en Europe : contrairement aux sociétés méditerranéennes où le « rôle de la femme » demeure majoritairement inactif, la France a porté le taux d’emploi de celles-ci à 57,6%, légèrement au-dessus de la moyenne européenne; à l’inverse des sociétés scandinaves et germaniques où l’activité féminine est plus développée, elle a également maintenu un indice de fécondité élevée (1,95 enfants par femme, 2e après l’Irlande). La conquête de l’égalité passe par une égale capacité à conjuguer épanouissement personnel et professionnel.

Pas les mêmes chances que les hommes.
1  sur 3 occupe un poste à temps partiel,  82% de ces emplois et 80% des salaires sont inférieurs au Smic. Les carrières demeurent largement dictées par un déterminisme sexuel. Aujourd’hui en France, moins d’une entreprise sur quatre emploie une proportion « paritaire » de collaborateurs (au moins 40% de travailleurs des deux sexes), ce qui en dit long sur la cohérence sexuelle de chaque secteur économique. Ainsi le  bâtiment  emploie moins de 9% de femmes,  à l’opposé,  la santé et de l’éducation  en emploient près de 75%.  Première explication de la sous représentation des femmes dans les activités « techniques »: leurs choix de formation : 54% des bacheliers sont des bachelières, les jeunes filles  29% des effectifs en classe préparatoire scientifique et 25% des élèves ingénieurs. Elles progressent moins dans l’entreprise, n’y représentant que 36% des cadres, et 30% pour le secteur privé. Il est difficile d’estimer dans quelle mesure ces choix sont personnels ou le reflet de préjugés réels ou supposés des recruteurs.

Label égalité professionnelle
Pour lutter contre ces idées ‘une quinzaine d’entreprises de secteurs considérés comme masculins (PSA, EADS, Eurocopter, Orange…) ont obtenu le « label égalité professionnelle » décerné par l’Afaq,  qui valide les actions menées en faveur de l’égal accès hommes et femmes au recrutement, à la formation, à la promotion, ou a la prise en compte de la parentalité. Cette politique a  permis l’embauche de 1372 femmes en CDI, soit 25,8% des recrutés contre moins de 12% cinq ans auparavant. Un tour de force d’autant plus délicat que paradoxalement, les « entreprises citoyennes » s’engageant  dans la voie de l’égalité professionnelle ne peuvent espérer inverser la tendance au moyen d’une « discrimination positive » à l’embauche. En France, impossible d’ajouter une mention « candidatures féminines appréciées » comme dans d’autres pays. La promotion de la parité passe  par l’utilisation de réseaux et clubs qui regroupent les femmes chefs d’entreprise ou cadres supérieurs tels que FCE, l’AFEE, Action’Elles ou Dirigeantes

Les Femmes Chefs d’Entreprise (FCE)
FCE est une association interprofessionnelle, apolitique et non gouvernementale, largement décentralisée, chaque membre a l’opportunité de prendre des responsabilités et de s’impliquer.  L’Association a pour objectif premier la prise de responsabilités des femmes chefs d’entreprises dans la vie économique et le renforcement de leur présence dans les instances décisionnelles au niveau local, régional et national, d’informer et de former ses membres. En sont membres toutes les femmes entrepreneurs de fait et de droit, les femmes qui gèrent leur entreprise et en sont financièrement responsables. Ses valeurs sont  la solidarité, l’amitié et le partage d’expérience au travers de liens privilégiés que les membres entretiennent dans leur délégation, en France et dans le Monde. http://www.fcefrance.com/

L’Association des Femmes Entrepreneurs d’Europe (AFEE)
L » AFEE est un réseau de femmes chefs d’entreprise animées par l’ambition de participer activement au développement de l’entreprise au féminin en Europe.  Sa vocation est de réaliser un maillage économique dans les pays de la communauté européenne, en favorisant les échanges entre les femmes entrepreneurs en Europe. Issues d’entreprises de tailles et de secteurs d’activité variés, les adhérentes de l’ afee mettent en commun leur expérience, leurs compétences, leurs réseaux. Dans chaque délégation, les adhérentes se réunissent tous les mois pour débattre de sujets d’actualité répondant aux préoccupations de chefs d’entreprise.  Ces échanges permettent de construire un réseau économique efficace et convivial.  L’ afee est constituée de plusieurs délégations en France et ces délégations françaises sont en liaison avec d’autres association de femmes chefs d’entreprise dans différents pays européens : ( Espagne, Allemagne, Italie, Ecosse…)   Lire aussi Ces femmes à la tête des banques françaises     ou   5 idées reçues sur les femmes dirigeantes

Pour recevoir gratuitement un digest des articles chaque semaine je m’inscris à la Newsletter Cadre et Dirigeant Magazine

Reid Nalliat

Reid Nalliat

Signaler ce contenu comme inapproprié

3 réactions

  1. catheirne

    21 mars 2013 à 18 h 25 min

    quelques interrogations ponctuelles: le taux d’activité des femmes en allemagne est bas… et le taux de fécondité également. La politique de salaires traditionnellement élevés (pour les hommes) a peut-être joué un grand rôle. Qu’est ce que les politiques n’ont absolument pas compris? Inversement, le taux d’emploi féminin en France a été traditionnellement élevé, soutenu par des politiques d’accompagnement (crèches, allocations) mais les femmes cantonnées dans les postes inférieurs à médians. Inutile de souligner la perte de capital humain pour nos sociétés et l’impact profond qu’a sur ces mêmes sociétés l’exclusion d’une majorité de la population (52%).

  2. Amandine RH

    6 novembre 2012 à 23 h 12 min

    Chaque direction d’entreprise négocie à sa manière en fonction de sa politique et de ses ressources. Tout dépend aussi de l’activité syndicale, de l’activité de l’entreprise (tertiaire, production, etc.). Si vous pouvez nous donner quelques détails sur les caractéristiques de l’entreprise ou vous travaillez…Il faut envisager un plan d’action, en fonction des disparités affichées par les indicateurs (taux de femmes/hommes ayant des postes à responsabilités, accès à la formation, taux des congés de paternité pour les hommes, etc.).Dans le fond, il est intéressant de pouvoir travailler sur les représentations que chacun a sur le sexe opposé. Une initiative pour permettre de mieux se comprendre dans le travail. Dans une entreprise, ça peut se concrétiser par l’intention d’embaucher des femmes sur des postes dits « masculins » et inversement. (discussion sur LinkedIn autour de cet article)

  3. Liliane Gonzalez

    6 novembre 2012 à 20 h 45 min

    Avez vous questionné les salariées/iés sur des idées ou des demandes spécifiques qu’ils auraient déjà présenté et qui seraient restées sans réponses… Pour ce qui concerne vie pro | vie privée, l’aspect familial est toujours mis en avant, que ce soit des demandes d »aménagement d’horaires, ou encore de solutions de gardes ou de services …pour ado…c’est souvent dans cet espace de relai pour les femmes/parents que nous sommes souvent interpélés en entreprise. Il est aussi question de demandes d’engagement solidaire par certaines salariées célibataires, rompant leur solitude qui souhaitent aussi mettre à profit une part de leur temps de libre, leurs compétences professionnelles ou autres. Être soutenues par leur entreprise dans cet esprit peut se révéler être un acte fédérateur de valeurs. Certaines ont du temps d’autres pas… mais en tout cas prendre soin d’elles mêmes est aussi une quête… Dans a vie privée, il y a le champ affectif, social, et private, son bien être… http://www.linkedin.com/groupItem?iew=&gid=53762&type=member&item=179792463&commentID=103140924&qid=636a8992-856f-4639-8572-7ef3259a6f39&goback=%2Egmp_53762#commentID_103140924

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>